Corps et création artistique : perspectives psychanalytiques

Corps et création artistique : perspectives psychanalytiques

30 et 31 mars 2017

 

      Nombreux sont les artistes qui témoignent dans leur travail de création d'un moment particulier, que nous pourrions, pourquoi pas, qualifier de "trouvaille" au sens de Picasso qui "ne cherche pas mais trouve". C'est en tout cas ce qui semble participer de l'émergence d'une oeuvre comme réponse contrainte à une nécessité subjective. Car créer n'est pas sans lien avec l'être de l'artiste, qui non seulement y met en jeu sa réflexion, ses pensées, mais aussi, et surtout peut-être, son corps. Mais entendons par là un corps qui n'est pas uniquement appréhendable dans sa présence mais également dans ce qui l'anime et le traverse, la pulsion La pulsion a rapport au trou dans le langage, tout ne peut être dit. L'artiste en fait la démonstration par son travail toujours à recommencer. Il n'y a pas de lecture générale et systématique envisageable, mais la possibilité de saisir une logique singulière et toujours inédite, propre à chacun. C'est ce que nous souhaiterions mettre au travail, soit, d'une part, la façon pour chaque artiste de mettre en jeu le corps dans son travail de création et, d'autre part, ce que cette création vient résonner avec la subjectivité de notre époque, comment elle y trouve inscription voire réponse auprès d'un public. Ainsi chaque axe cherchera à analyser, à serrer au plus près de quelle(s) façon(s) le corps vient à se nouer à l'oeuvre, aussi bien dans les champs de la science, de la mise en scène théâtrale, du cinéma, de la musique et de ce que nous situons comme la féminité. Le corps est lui-même a entendre comme ce qui articule l'image -le corps imaginaire et ses racines narcissiques - , les mots la langue et la jouissance pulsionnelle - autre nom de sublimation.

   

affiche

e
Personnes connectées : 1